البحث

التفاصيل

France : Vague d’indignation face à la procédure d’expulsion qui vise l’imam Hassan Iquioussen

De nombreuses associations, mosquées et autres organisations ont dénoncé, tout au long du week-end, la procédure d’expulsion lancée par le ministère français de l’Intérieur à l’encontre de l’imam Hassan Iquioussen.

Les communiqués se multiplient et le positionnement est toujours le même : s’insurger contre une mesure injuste et incompréhensible.

Pointant du doigt une « manœuvre politique grossière » l’UJFP (union juive française pour la paix) estime que le « racisme d’État poursuit son projet de discrimination d’une partie de la population, depuis le vote de la loi scélérate dite « séparatisme ».

« La loi séparatisme, on le voit ici clairement, est une loi de confusion des pouvoirs où le ministre de l’Intérieur s’institue pouvoir judiciaire » souligne l’organisation juive qui considère dans son communiqué que « rien ne saurait justifier une expulsion pour des motifs politiques ou idéologiques, si ce n’est le racisme inhérent à cette affaire ».

Le député NUPES (Nouvelle union populaire écologique et solidaire), du Nord, David Guiraud, a également réagi à la procédure ciblant Hassan Iquioussen.

« Visiblement frustré de ne pas exister médiatiquement lorsque l'on parle de pouvoir d'achat, Gérald Darmanin veut saturer les ondes médiatiques avec un discours sécuritaire et répressif », écrit l’élu dans un communiqué de presse publié dimanche soir.

Il rappelle que l’imam ciblé « n'a pourtant été poursuivi pour aucun crime ni aucun délit » et fustige une procédure qui « relève du fait du prince ».

« Cela concerne aujourd'hui les musulmans, cela concernera demain le champ associatif, et après-demain le monde politique. Car les décisions arbitraires et antidémocratiques ne s'arrêtent jamais en bon chemin », met-il en garde.

Pas moins de 26 mosquées du département du Nord ont également publié une communication commune pour témoigner en faveur de Hassan Iquioussen.

« Lors de ses différentes et régulières interventions au sein de nos mosquées, Hassan Iquioussen tient toujours des propos en cohérence avec le pacte républicain. Il prône les valeurs nationales de liberté, d'égalité et de fraternité, ainsi que la laïcité. Fidèle à son discours contre les replis identitaires, il milite sans relâche pour promouvoir le dialogue, le respect et le vivre-ensemble », témoignent les signataires.

Même son de cloche du côté du Conseil des Mosquées du Rhône (CMR) et du Conseil Théologique des Imams du Rhône (CTIR) qui ont publié dimanche, un communiqué commun.

Les deux organisations considèrent que les accusations portées à l’encontre de Hassan Iquioussen, « ne semblent pas conformes à l'esprit de justice et d'équité qui sont la clef de voûte de nos institutions ».

« Nous l'avons toujours connu fidèle à son engagement rejetant la haine de l'autre, condamnant le racisme, l'antisémitisme, l'extrémisme, l'obscurantisme et le terrorisme et prônant l'égalité homme-femme, et a tout au long de son ministère promu sans relâche le dialogue, le respect, la paix et le vivre-ensemble », martèlent Kamel Kabtane pour le CMR et Mohamed Minta et Azzedine Gaci pour le CTIR.

Ces trois figures reconnues et respectées de l’islam en France, espèrent ainsi que leur témoignage « puisse éclairer ceux qui auront à décider dans cette affaire ».

Pour rappel, l’imam Hassan Iquioussen, menacé d’expulsion par les autorités après s’être vu refuser le renouvellement de sa carte de séjour, dénonce une injustice.

Il devrait saisir la justice administrative en début de semaine pour faire suspendre la procédure qui le vise et qui reste basée sur des accusations qu’il conteste formellement.


: الأوسمة



التالي
نشر الطمأنينة.. فريضة شرعية وضرورة حياتية
السابق
الغنوشي يخضع للتحقيق بتهمة الإساءة للقوى الأمنية

البحث في الموقع

احدث التغريدات

احدث المشاركات

فروع الاتحاد


عرض الفروع