البحث

التفاصيل

Moment historique pour la mission de l'ONU en Palestine, selon le représentant palestinien

AMMAN: Israël ne peut plus dissimuler les réalités de sa politique expansionniste niant «le droit de notre peuple à l'autodétermination», a déclaré Riyad Mansour, représentant de la Palestine à l'ONU.

Ces propos font écho à l'approbation par un comité clé de l'ONU d'un projet de résolution demandant à la Cour internationale de Justice d'émettre d'urgence un avis sur les conséquences juridiques du déni du droit à l'autodétermination du peuple palestinien résultant des actions d'Israël depuis la guerre de 1967.

Le vote de vendredi à la Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation de l'Assemblée générale a été de 98-17, avec 52 abstentions.

L'Assemblée générale devrait se prononcer sur la résolution en décembre.

«Dans l'histoire, se produit parfois un moment qui ne se répétera pas. Vous devez agir de manière décisive lorsque ce moment arrive». Pour M. Mansour la décision du comité des Nations unies de demander à la Cour internationale de Justice de se prononcer sur le statut juridique des territoires palestiniens occupés représente ce moment.

En théorie, le droit international est du côté de M. Mansour et des Palestiniens.  Il ne leur manquait qu'un alignement politique des planètes pour que la communauté internationale soutienne leur action.

Sur le terrain, les conditions se sont aggravées dans les territoires occupés. La répression israélienne s'est poursuivie et les droits fondamentaux des Palestiniens ont été régulièrement violés.

Les organisations internationales des droits humains s'accordent à dire que l'occupation israélienne s'apparente à de l'apartheid dans la bande de Gaza.

M. Mansour et son équipe s'efforcent de convaincre les Américains de les soutenir depuis l'élection du président Joe Biden, sans grand succès jusqu'ici.

«Depuis cet été, nous avons eu des discussions sérieuses. Nous avons parlé de la nécessité de protéger et de sauvegarder la solution à deux États, nous leur avons dit que nous le ferons au Conseil de sécurité de l'ONU, où les États-Unis sont plus à l'aise qu'à l'Assemblée générale», a-t-il déclaré.

Les diplomates palestiniens souhaitaient une décision du Conseil de sécurité de l'ONU, sans veto américain, pour que la Palestine devienne membre à part entière des Nations Unies.

Ce serait un signal fort en faveur de la solution à deux États de la part de la communauté internationale, a-t-il fait valoir à Arab News.

Les Etats-Unis ont jusque là bloqué cette issue, notamment lors de la période où la coalition Naftali Bennet/Yair Lapid/Benny Gantz était au pouvoir.

La perte de ces amis israéliens de Washington et la montée en puissance de Benjamin Netanyahou et des éléments racistes d'extrême droite ont fourni aux dirigeants palestiniens un moment rare pour agir.

«Nous savions que demander un avis juridique de la Cour internationale de Justice ne sera pas populaire. C'est également très coûteux pour le budget de l'ONU, mais nous devions agir.»

Dans les cas précédents, aucun pays ayant fait une démarche similaire n'avait pu obtenir un large bloc de vote.

La décision de l'ONU demande «un avis consultatif de la Cour internationale de Justice sur l'illégalité de “l'occupation” par Israël des territoires palestiniens au motif qu'elle peut être considérée comme une annexion de facto.»

M. Mansour explique que le droit international humanitaire a codifié la manière dont les pays doivent agir pendant une occupation temporaire.

«Mais il s'agit d'une occupation vieille de 55 ans et elle n'est donc pas temporaire. Le tribunal, plus haute juridiction du monde, doit décider qu'il s'agit d'une occupation qui mène à une annexion qui serait illégale. Cela aura des conséquences pour tous les États du monde.»

Selon Mansour, Israël et d'autres pays ont été surpris par l'audace des Palestiniens de demander une telle stipulation légale.

La plus grande surprise a peut-être été le soutien de l'Ukraine à la résolution.

«Les Arabes ont souvent soutenu l'Ukraine et il était donc naturel pour eux de soutenir un cas clair de droit international», a indiqué M. Mansour.

Il s'agit d'une décision historique pour le représentant palestinien, qui mesure cependant l'ampleur de la tâche qu'il reste à accomplir.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


: الأوسمة



السابق
فقه صناعة القلة الرائدة في ضوء علم السنن

البحث في الموقع

احدث التغريدات

احدث المشاركات

فروع الاتحاد


عرض الفروع